48 IDEES SEXY A OSER EN 2014 PDF

Insectes, algues et viande artificielle vont-ils nourrir la planète ? La Terre se réchauffe, et ce, toujours plus vite. Si les scientifiques ne cessent de le rabâcher, 48 IDEES SEXY A OSER EN 2014 PDF coup d’études et rapports documentés, une poignée de climatosceptiques continue de nier cette réalité, arguant d’une manipulation planétaire.


Un carnet de 48 idées sexy à expérimenter à deux en 2014 !
Grâce à ce chéquier, vous ne manquerez plus d’inspiration pour casser la routine.
Alors, à vous les positions du Kama-sutra à relier puis à expérimenter, l’initiation aux techniques érotiques et des idées hot pour pimenter vos nuits !

Alors, quoi de mieux qu’une animation pour mesurer le phénomène ? 1951 à 1980, tandis que les bleus témoignent de températures plus basses. On voit ainsi que l’augmentation de la température s’est accélérée à la fin des années 1970. Fait encore plus marquant : neuf des dix années les plus chaudes enregistrées l’ont été au cours de la dernière décennie — 2010, 2005 et 1998 constituent les trois records de températures moyennes depuis le début des relevés en 1880. 2011, elle, se classe 9e année la plus chaude au niveau planétaire.

Même avec les effets rafraîchissants d’une forte influence de La Niña et une activité solaire faible ces dernières années, 2011 a été une des dix années les plus chaudes enregistrées , commente James Hansen, directeur du GISS. Si les scientifiques ne s’attendent pas à une hausse constante des températures, année après année, en raison de la variabilité naturelle du climat, ils tablent cependant sur une augmentation continue de la température au fil des décennies. La tendance est à la poursuite de l’augmentation des températures. Quelle est la responsabilité de l’homme dans ce réchauffement indéniable ? Cette entrée a été publiée dans Climat. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Juste un commentaire : il ne s’agit pas la d’une  modélisation , mais d’un film réalisé à partir de d’observations.

Le terme modélisation a plutôt le sens de  simulation , dépend d’un modèle et ne reproduit pas forcement la réalité. Il y a quand même un modèle sous-jacent pour interpoler les données entre deux points. Par ailleurs, il y a peu de chances que les données soient toutes strictement identiques sur toutes la durée pour toutes les stations et il a été probablement nécessaire d’effectuer des estimations à partir des données recueillies de façon à ce que les données soient homogènes. Parler de modele pour un simple lissage peut donc entrainer des confusions inutiles. Vous avez raison de dire que la controverse devrait être organisée de manière sérieuse. En effet, un simple calcul d’ordre de grandeur montre que votre hypothèse sur l’impact de la population mondiale est négligeable.

C’est 100 milliard de fois moins que la constante solaire! Et dans votre scénario, vous faites l’hypothèse anthropocentriste que l’homme est le seul être vivant sur Terre, en oubliant l’extinction de nombreuses espèces qui elles aussi produisent de l’énergie. Vous montrez bien avec vos nombres que la controverse est vraiment utile. Bien sûr que je n’ignore pas le phénomène d’inertie du système climatique, mais pourquoi cette inertie jouerait-elle pour expliquer les paliers et disparaîtrait-elle quand on met en avant les croissances continues ? Je n’oublie pas les autres espèces animales ou végétales qui produisent de l’énergie, simplement je les écartais volontairement pour focaliser sur une espèce, celle qui décide. Vous voyez que ce n’est pas si simple !