50 réponses pour éviter de tout confondre PDF

07 L’eau de javel est-elle un bon désinfectant ? Plutôt que de résistance à l’eau de javel, ne devrait-on pas parler d’adaptation à l’eau de javel. Comme ils existent des bactéries adaptées aux grands fonds marins qui tirent leur source d’énergie des failles volcaniques et arrivent 50 réponses pour éviter de tout confondre PDF se développer dans des condition à priori défavorables, pourquoi ne pas envisager la possible adaptation de bactéries à l’eau de javel.


Eh oui, qui n’a jamais eu une hésitation lorsqu’il s’agit de distinguer une mandarine d’une clémentine, une étoile d’une planète, un psychologue d’un psychiatre, un gendarme d’un policier, un réfugié d’un clandestin, un Arabe d’un musulman, Napoléon I de Napoléon III ? Ce magistral « Faut pas confondre » rassemble toutes les paires qui se prêtent si facilement à la confusion et étudie tous les domaines de la connaissance : la nature et l’environnement (par exemple : l’effet de serre et la couche d’ozone) ; la géographie (par exemple l’Atlantique et l’Atlantide) ; la vie quotidienne (par exemple végétalien et végétarien) ; la société en France (par exemple député et sénateur) ; la société dans le monde (par exemple la malnutrition et la famine) ; l’histoire (par exemple le Parthénon et le Panthéon) ; les arts (par exemple Monet et Manet) ; les concepts (par exemple le féminisme et le sexisme)… Un livre drôle et savant pour saisir toutes les subtilités des mots et des choses, et ne plus jamais hésiter entre une guêpe et une abeille !

Pour ces deux raisons, il me semble peu probable de voir surgir des bactéries pathogènes adaptés à l’eau de javel. Qu’en pensent les microbiologistes de la liste? Tout à fait d’accord mais néanmoins il est d’usage de parler de propriété de résistance de bactéries aux produits chlorés. En effet, cette propriété de résistance aux désinfectants en général et aux produits chlorés dont l’eau de Javel en particulier est même le dénominateur commun de toutes les bactéries adhérentes ou formant un biofilm. La principale limite d’efficacité de l’eau de javel est son effet nul sur les produits biologiques.

Son action bactéricide ne peut se développer qu’après un nettoyage soigneux. Ce nettoyage a une action sur les mucopolysaccharides sécrétés par les bactéries et constituant en quelque sorte le ciment du biofilm. Cette action préalable est nécessaire pour une bonne désinfection avec l’eau de javel. Je ne pense pas que l’eau de javel soit particulièrement plus dangereuse à utiliser que les autres produits chimiques. Libération démontre bien qu’il y a deux discours également dans la formation.

Une information sur les risques réels et les moyens de prévention  fondés sur les principes d’hygiène me semble plus crédible et convaincante. A Cahors, un stage remplace l’amende infligée en cuisine. Il doit me manquer quelques bobines de film. J’ai relu les archives et pas trouvé l’article. 1 – de quel article s’agit-il? 2- effectivement la javel a un effet corrosif connu sur les inox de mauvaise qualité.