Abécédaire de la police municipale PDF

La sœur de Prosper Môquet, Rosalie, est une militante proche de la direction du parti. 1941, elle est la compagne de Robert Dubois qui succédera à Arthur Dallidet à la tête de la commission des cadres abécédaire de la police municipale PDF partir du printemps 1942. Le journaliste et écrivain Pierre-Louis Basse le présente comme un  titi , volontiers gouailleur tout en ne dédaignant pas d’écrire des poèmes, plaisant aux filles et doué dans les disciplines sportives. De nombreux militants communistes, dont le père de Guy Môquet, sont arrêtés sur l’ordre du gouvernement français sous l’accusation de sabotage, démoralisation de l’armée, en un mot affaiblissement des arrières.


Cet abécédaire de la police municipale comprend 330 entrées, dont 216 articles avec des développements encyclopédiques.L’ouvrage est conçu et organisé comme un dictionnaire afin d’en faciliter l’utilisation par le débutant ; il revêt également un caractère encyclopédique par le contenu des articles dont les développements répondent aux exigences des spécialistes.Les articles sont composés :- d’une définition générale qui constitue une introduction ;- d’une présentation complète et structurée du mot ou de l’expression d’entrée de l’article ;- de renvois, par analogie, à d’autres mots afin de compléter, le cas échéant, les informations de l’article.La forme générale de l’ouvrage en fait un outil indispensable à celles et ceux qui souhaitent aborder les pouvoirs de police communale sans craindre une incompréhension résultant de la rencontre d’un mot ou d’une notion inconnue. Pour les personnes qui, professionnels de la police, désirent vérifier le sens d’un mot ou approfondir une notion, cet abécédaire offre un accès rapide à l’information recherchée.

Après la défaite de la France en juin 1940, l’occupant maintient en détention les communistes incarcérés. 1940, le PCF subit une vague de répression menée par la police française et facilitée par la politique de légalisation qui a prévalu pendant l’été 1940. En ce qui concerne Guy Môquet, l’arrestation de son père en octobre 1939 est un événement marquant qui renforce son ardeur militante. Chômeur, fais rendre gorge aux voleurs. Il est placé dans la baraque 10, celle des jeunes, où il se lie d’amitié avec Roger Sémat et Rino Scolari.

Avis du général von Stülpnagel, Paris, 21 octobre 1941. Châteaubriant, les listes de Pucheu en contiennent 17. Quarante-huit otages sont fusillés : seize à Nantes, cinq au fort du Mont-Valérien et vingt-sept à Châteaubriant, dont Guy Môquet. Article détaillé : Représailles après la mort de Karl Hotz.