Architexture industrielle PDF

Les armes de Versailles se blasonnent ainsi : d’azur aux trois fleurs de lys d’or, au chef d’argent chargé d’un coq bicéphale issant au naturel. Les armoiries de Versailles ont été enregistrées en 1944 par la commission départementale d’héraldique, mais leur origine remonterait à 1789. Au nord de ce petit village, se trouvait le château de Versailles, un vieux château au-devant duquel s’étendait une forêt de chênes, qui avait servi aux sacrifices druidiques. Clagny, à l’extrémité d’un immense étang, il y avait une tour de quatre étages architexture industrielle PDF une grande ferme.


Une enfilade de rideaux baissés dans un faubourg peu éclairé, une succession de murs dominés par le feuillage d’arbres centenaires et nous supposons
tel quartier insalubre et tel autre riche et bourgeois.
Le monde économique répond-t-il aux mêmes critères d’appréciation ? Un site industriel peut-il être le reflet du dynamisme et de l’image de la société qui l’occupe ou de la région qui l’accueille ?
Ce livre tente de répondre oui ! Ni ouvrage d’architecture, ni répertoire des réussites industrielles locales, mais parcours étonné et étonnant dans un univers familier que nous oublions de regarder.
L’architecture économique fait partie de l’environnement urbain et du paysage rural. Les zones d’activités intègrent une dimension esthétique.
Le bâtiment industriel ne s’impose plus dans un univers qu’il ignore, mais il façonne et re-conditionne le lieu qu’il intègre. Depuis les années 80 les industriels ont fait appel aux meilleurs architectes. Et cela se voit!
Le Pays économique roannais est, à ce titre, remarquable. L’image de tradition qui subsiste de son passé industriel est balayée par la transformation et la modernité actuelle de ses sites de production. Plus étonnant, ce sont les métiers traditionnels du textile et de la mécanique qui semblent porteurs de ce renouveau et qui font de ce bassin économique une zone d’accueil privilégiée.

Jean le Bon, avec des fermes, des granges et de larges fossés. Versailles surmonté d’un moulin à vent avec sur le versant sud le village de Versailles et son église Saint-Julien. Un château, pratiquement en ruine, se trouvait entre l’église et le moulin. Plus à l’ouest, s’étendait une vaste forêt fort giboyeuse.