Atlas des cols des Vosges PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si ce bandeau n’est plus pertinent, atlas des cols des Vosges PDF-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Le col du Bonhomme est l’un des principaux cols du massif des Vosges.


Non, l’escalade des grands cols n’est pas réservée aux champions et aux cyclistes très entraînés.
Oui, vous pouvez vous aussi atteindre les plus hauts sommets, les cols prestigieux, le Tourmalet, l’Izoard, l’Iseran ou le Galibier. Pour cela, il suffit d’utiliser votre énergie de façon régulière en accord avec votre niveau de condition physique.
Si vous êtes capable de rouler sur le plat pendant quelques heures, même à vitesse modérée, vous pouvez vous offrir les plus belles escalades. Voici une méthode unique pour réaliser à vélo ce que chacun trouve normal de faire à pied, l’escalade des sommets. Elle tient en deux points :
– 1 – Découvrez vos vitesses d’escalade personnalisées et vos braquets de montagne, calculés par ALTI 2000, le logiciel ALTIGRAPH sur disquette pour PC – 2 – Découvrez les profils des cols dans les ATLAS DE COLS ALTIGRAPH.
Et pour en savoir plus sur cette méthode unique qui vous permettra d’escalader les cols à dépense d’énergie contrôlée, lisez le guide du vélo en montagne.

Le col du Bonhomme est un des cols les plus fréquentés des Vosges. Il est emprunté en semaine par les véhicules de transport lourds, parfois des milliers de véhicules par jour, souvent de gabarits internationaux. Le premier centre communal rencontré, l’ancien village et hospice du Bonhomme, situé 6 km en contrebas du côté alsacien, porte la même dénomination que le col. D’accès facile de part et d’autre entre les anciennes chaumes du Rossberg et du Louschbach, le col du Bonhomme était déjà le lieu de passage gallo-romain reliant Toul à Vieux-Brisach. Le col du Bonhomme est une étape, avec le Rossberg au nord, sur le légendaire chemin Saint-Dié. Yvette Baradel,  La route du col du Bonhomme dans la vallée de la Weiss , in Dialogues transvosgiens, no 18, 2003, p.

Jean-Claude Fombaron,  Les incidents de frontière au col du Bonhomme au travers de la presse française , in Bulletin de la Société d’histoire du canton de Lapoutroie, Val d’Orbey, no 19, 2000, p. Jacques Roux, Atlas des cols des Vosges, Altigraph éd. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 28 octobre 2018 à 20:11. Por qué planificar tu viaje con minube? Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

UNIC au Salon de l’Automobile de Paris en 1905. Unic était un constructeur français de voitures de tourisme et de camions. Unic a également produit des autocars. UNIC doit son équilibre financier aux bons vouloirs du baron Henri de Rothschild. Unic est racheté, tout comme Saurer France et Talbot en 1952 par Henri Théodore Pigozzi, alors patron de Simca, qui a toujours été soutenu financièrement par la famille Agnelli. En 1893, Georges Richard commença par fabriquer des bicyclettes puis des chariots motorisés.

Au 3e Salon du Cycle, Georges Richard expose une voiturette baptisée « Poney » mue par un moteur Benz de 3,5 Ch, Henry Hamon a été d’une grande aide dans sa conception. Elle sera produite jusqu’en 1902 sous les carrosseries les plus variées, comme cela était de coutume à l’époque. Georges Richard se passionne pour les courses de voitures. En 1898 il participe à Marseille-Nice qu’il remporte dans la catégorie voiturette. En 1900, la société devient « Sté des Anciens Établissements Georges Richard ». Peu après, un jeune et brillant ingénieur fait son apparition : Henri Brasier.

Une nouvelle voiture de course de 14 Ch est présentée. En 1903, Georges Richard prend le départ de la course Paris-Madrid. Marcel Renault y perdra la vie à la suite d’une sortie de route et Georges Richard sera gravement blessé quand sa voiture se retournera dans un fossé. En juin 1904, c’est la terrible course automobile Paris-Madrid ou Marcel Renault, le frère de Louis se tue, et George Richard est victime d’un accident, il est gravement blessé à la hanche.

Au début, l’entreprise ne fabriqua que des voitures légères et des taxis. Tous les modèles recevront des organes communs sous un même capot radiateur, allumage, carburation, boîte de vitesses Un avant goût de la rationalisation des productions ! La gamme s’étoffe rapidement et compte pas moins de 4 modèles en 1918. 20 HP carrossés en taxis est passée par la Principauté de Monaco. Ce modèle sera aussi vendu à 417 exemplaires à Londres.

En 1922, la firme introduit un camion de 3 tonnes du nom de M5C. Le fondateur de la marque Unic, Georges Richard, meurt des suites d’un accident de la route à Rouen. C’est son principal collaborateur, Georges Dubois qui lui succède à la tête de la société. En 1930, la demande de véhicules utilitaire s’accroit fortement. Unic présente au salon de l’automobile son premier gros moteur diesel fabriqué en France. Il est construit sous licence par Diesel Rapides qui a l’exclusivité pour la France et vendu sous le nom de Codra.

En 1933, Unic est le premier constructeur français à présenter une gamme complète de véhicules industriels de 3 tonnes à 15 tonnes. En 1934, Kégresse présente le P107 comme successeur au P17. Citroën mais chez Unic qui a, entre-temps, acheté la licence. En 1935, les camions U4D et U6C sont lancés. Une nouvelle série de camionnettes est lancée, la série  S . Elle restera en fabrication jusqu’en 1939. Ce sera la dernière production de camionnettes de la marque qui se consacrera ensuite uniquement aux camions.