Belkine, oeuvres complètes PDF

Oural, il a pour thème belkine, oeuvres complètes PDF aventures et les amours de deux jeunes gens pris dans la tourmente de la révolte d’Emelian Pougatchev. Piotr Andréievitch Griniov a 17 ans quand son père décide de l’envoyer au service.


Le 7 avril 1873, Léon Tolstoï écrivait à son confrère Paul Golokhvastov : «Quand avez-vous lu pour la dernière fois la prose de Pouchkine ? Faites-moi l’amitié de relire d’abord Les Nouvelles de Belkine. Tout écrivain doit les étudier et les réétudier.» Mais Tolstoï savait-il que Pouchkine avait attribué à l’auteur fictif Belkine un autre texte encore, Histoire du village de Gorioukhino, dans lequel, après une quête passionnée d’un sujet littéraire, ledit Belkine écrivait l’histoire de son village, une histoire qui prenait peu à peu le ton d’une critique sociale ? C’est peu probable, car ce texte inachevé de Pouchkine ne fut publié, au XIXe siècle, qu’une seule fois, dans la revue Le Contemporain, en 1837, et avec des coupures. Si Tolstoï avait pu «l’étudier et le réétudier» (la première publication, sans altérations, de ce texte étonnant date de 1924), gageons que sa lettre aurait pris la tournure suivante : «Quand avez-vous lu pour la dernière fois la prose de Belkine ?»
Histoire du village de Gorioukhino n’est pas plus connu un siècle et demi plus tard. C’est pourquoi nous avons cru bon de le remettre à l’honneur dans une édition entièrement consacrée aux productions de ce double de Pouchkine, apportant par la même occasion un nouvel éclairage aux Nouvelles de Belkine tant appréciées par l’auteur de Guerre et paix.

Jean-Pierre Pisetta, écrivain et traducteur, enseigne l’italien à l’Institut supérieur de l’Etat de traducteurs et interprètes (ISTI). Il a récemment publié, aux éditions Bernard Gilson, collection Le Photophore, une édition commentée du Mozart et Salieri de Pouchkine (2006) ainsi qu’une édition commentée du Mémoire sur les Juifs du prince de Ligne (2007), et, aux éditions du Hazard, Les aventures de Pignonnet, nouvelle traduction commentée des Awenture di Pinocchio de Collodi (2007).

Il découvre la situation dangereuse de la petite ville menacée par les troupes rebelles du chef cosaque Pougatchev, qui se fait passer pour l’empereur Pierre III. Ce court roman, l’une des dernières œuvres de Pouchkine, a joué un rôle fondateur dans l’histoire de la littérature russe. Ses plus grands mérites sont la simplicité et la justesse, marques du génie de Pouchkine. Nicolas Gogol a ainsi dit de La Fille du capitaine :  La pureté et l’absence d’artifice, sont poussées dans ce roman à un tel degré que c’est la réalité elle-même qui semble à côté artificielle et caricaturale.

L’œuvre est aussi intéressante d’un point de vue historique. Pouchkine s’est documenté sur la révolte de Pougatchev, avec comme objectif d’en rédiger un compte-rendu historique : l’Histoire de Pougatchev restée à l’état d’ébauche. C’est ce qui lui permet de mêler réalité historique et invention romanesque, parfois avec une part d’invraisemblance. Le tableau de la Russie, de ses immenses steppes et de son climat extrême, constitue un autre centre d’intérêt du roman. D’un point de vue psychologique, par contre, les personnages sont schématiques. Ainsi le jeune officier, qui est le personnage principal malgré le titre, est lisse, car presque parfait : courageux, fidèle et généreux.

Seul Pougatchev est plus complexe, cruel et magnanime à la fois, contrairement à la représentation officielle de l’époque. 1911 : Kapitanskaïa dotchka, opéra de César Cui. 1934 : Volga en flammes, de Victor Tourjansky, avec Albert Préjean, Danielle Darrieux, Valery Inkijinoff. La Bibliothèque idéale le classe parmi les dix livres majeurs de la littérature russe.

Nicolas Gogol, Œuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, p. Texte provenant des Passages choisis d’une correspondance avec des amis. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 19 janvier 2019 à 19:58. Cabinet de lecture en février 1834. La comtesse Anna Fedotovna : personnage central de l’intrigue.

Lors d’un séjour fait jadis à la cour de Louis XV, la vieille femme a appris une combinaison secrète permettant de s’enrichir en jouant aux cartes. Il découvre le secret de la comtesse mais finit victime de sa propre cupidité. Lisaveta Ivanovna : demoiselle de compagnie de la comtesse. Elle s’éprend d’Hermann, qui se sert d’elle pour connaître le secret des cartes. Petit-fils de la comtesse, il révèle à Hermann le secret de sa grand-mère.

Naroumof : lieutenant des gardes à cheval. Ami d’Hermann et de Tomski, c’est chez lui que s’ouvre le récit. Une nuit d’hiver, chez le lieutenant Naroumov, cinq jeunes gens passent leur temps à jouer. Ils en viennent à discuter du mystérieux pouvoir de la comtesse Anna Fedotovna, grand-mère de l’un d’entre eux, Paul Tomski.