Chefs-d’oeuvre dramatiques. Tome 3. L’enfant prodigue PDF

Cette page est en semi-protection longue. Alexander Dumas père par Nadar – Google Art Project. Portrait d’Alexandre Dumas en chefs-d’oeuvre dramatiques. Tome 3. L’enfant prodigue PDF par Nadar.


Chefs-d’oeuvre dramatiques de Voltaire. Tome 3
Date de l’édition originale : 1847

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

La paternité de certaines de ses œuvres lui est contestée. Dumas fut ainsi soupçonné par plusieurs critiques de son époque d’avoir eu recours à des nègres littéraires, notamment Auguste Maquet. Maison natale d’Alexandre Dumas à Villers-Cotterêts. 46 de l’ancienne rue Lormet, rebaptisée rue Alexandre-Dumas. Le général Thomas Alexandre Davy de la Pailleterie, père d’Alexandre Dumas. Le général Dumas meurt le 26 février 1806, quatre ans après la naissance de son fils. Les grands-parents maternels élèvent Alexandre et sa sœur.

Il a neuf ans lorsqu’il entre au collège de l’abbé Grégoire à Villers-Cotterêts. Il y reste élève jusqu’en 1813. Cependant l’abbé Louis Chrysostome Grégoire, vicaire de Villers-Cotterêts et directeur du collège qui porte son nom, l’aide beaucoup, et il lui en sera toujours reconnaissant au point de le faire paraître sous un beau jour de tolérance religieuse et d’ouverture d’esprit en 1854 dans un de ses romans, Catherine Blum. Alexandre fait la connaissance d’Adolphe de Leuven qui l’initie à la poésie moderne. Ils ont également l’occasion d’écrire ensemble des vaudevilles, dont les premiers sont tous refusés. Marie-Louise Labouret, et lui connaissent depuis la mort du général et plus encore depuis celle de Claude Labouret, son grand-père maternel.

Il trouve une place de clerc de notaire et découvre la Comédie-Française. C’est le début d’une vie nouvelle pour Alexandre lorsqu’il fait la rencontre d’un grand acteur de l’époque, Talma. Foy, il travaille dans les bureaux du secrétariat du duc d’Orléans et peut enfin faire venir sa mère à Paris. Dumas fut souvent en butte aux sarcasmes racistes de ses contemporains qui s’attirèrent des répliques cinglantes. Au fait, cher Maître, vous devez bien vous y connaître en nègres ?

Mon père était un mulâtre, mon grand-père était un nègre et mon arrière-grand-père était un singe. Vous voyez, Monsieur : ma famille commence où la vôtre finit. Cette même année 1824, Dumas se remet au vaudeville avec de Leuven et La Chasse et l’Amour connaît un grand succès. C’est aussi la période où Dumas découvre les  Romantiques  et va beaucoup au théâtre. Il écrit son premier drame historique, Henri III et sa cour en 1828. 1829 à 1831 et écrit Antony. Après 1830, se développe en France la presse à grand tirage touchant la moyenne et petite bourgeoisie.

Girardin invente le roman-feuilleton, vite imité par ses concurrents. Première parution des Trois Mousquetaires dans Le Siècle du 14 mars 1844. Le feuilleton occupe le bas des pages 1,2 et 3, ce qui permet de ne pas débiter le roman en tranches trop maigres. Auguste Maquet toutes les grandes œuvres qui assureront sa renommée. Il écrit au fur et à mesure des parutions, souvent plusieurs romans en même temps, entrecroisant sans s’y perdre plusieurs intrigues distinctes, changeant de siècle d’un roman à l’autre. Dumas dispose alors de très gros revenus, mais il dépense encore plus, prodigue avec ses maîtresses et ses amis, et vit à crédit, empruntant toujours, engageant ses droits d’auteur à venir, à la merci du moindre à-coup. La révolution de 1848 va le ruiner.

Ses créanciers se bousculent pour récupérer leurs fonds. Le 10 décembre 1851, menacé de banqueroute, il s’exile à Bruxelles avec Victor Hugo, pour protester contre le coup d’État de Napoléon III. 1858, il entreprend un long périple en Russie puis au Caucase, avec comme compagnon de voyage le peintre Jean-Pierre Moynet. Russe puis lors de sa traversée du Caucase, depuis Bakou jusqu’à la mer Noire. Il séjourne notamment à Tbilissi, actuelle capitale de la Géorgie, croisant les traces du grand poète russe Lermontov.