Conversations avec Pedro Almodovar PDF

Un conversations avec Pedro Almodovar PDF de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Cet article est une ébauche concernant un film espagnol.


Auteur de comédies brillantes, dont le modèle reste Femmes au bord de la crise de nerfs (1987), ou de mélodrames qui vibrent d’une émotion particulière, comme Tout sur ma mère (1999), Pedro Almodovar est un cinéaste qui ne cesse d’être découvert et redécouvert, par-delà les succès et les signes de reconnaissance officielle. Parle avec elle (2002), La mauvaise éducation (2004) et Volver (2006) ont donné une ampleur plus grande encore à cet univers si original et si personnel : Des femmes au bord de la crise de nerfs aux femmes en pleine crise de larmes de Tout sur ma mère, aux femmes de son enfance à La Mancha vers qui se retourne (Volver) Almodovar, se raconte l’histoire d’un cinéaste qui a su imposer un univers fort, très repérable, et nous y entraîner avec une liberté qui, justement, bouleverse les repères. Du rire aux larmes, du rose au noir, du Madrid de la  » movida de son premier long métrage, Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (1980), à la scène des Oscars vingt ans plus tard, quel est le fil qui relie les films et donne sa cohérence à l’œuvre? De l’écriture du scénario au choix du générique, Almodovar est l’auteur complet de ses films. Sa  » griffe  » est particulièrement sensible dans la conception des décors, où l’on retrouve toujours une variation, plus ou moins marquée, sur cette inspiration pop et kitsch devenue, peu à peu, un véritable style Almodovar. Un style nourri de multiples rencontres avec les peintres et graphistes qui ont fait, au même moment, le renouveau artistique espagnol, de Barcelone à Madrid : Mariscal, Ceesepe, Dis Berlin, Juan Gatti… L’exposition à la Cinémathèque française a permis d’en mesurer la richesse. Tout au long de ses entretiens avec Frédéric Strauss, la parole du cinéaste se déploie librement, rompant avec les limites de l’interview pour varier les discours. Évocation de souvenirs d’enfance, explication technique d’une scène, récit d’un scénario jamais filmé, commentaire amoureux et cinéphilique de films fétiches, interprétations personnelles de la signification d’un objet, d’une image, d’un personnage… Les interventions de Pedro Almodovar sont aussi prolifiques que l’univers où elles nous guident. Un univers qui se dessine également à travers les documents de travail du cinéaste et de ses proches collaborateurs : photos, dessins, textes, partitions, maquettes… Le livre retrouve ainsi le mouvement d’une création toujours renouvelée.

Pedro Almodóvar, sorti en 1990, avec Victoria Abril et Antonio Banderas. Almodóvar nous livre ici une des histoires qui ont fait sa célébrité, où sexualité, amour, haine et violence ne font en fait qu’un. Peut-être le film le plus optimiste du réalisateur. Marina est une actrice porno, cherchant à faire carrière dans le cinéma « traditionnel ». Une nuit, elle a couché avec un jeune marginal nommé Ricky, qu’elle ne connaissait pas. Depuis, Ricky a fait un séjour dans un hôpital psychiatrique, où il a nourri l’espoir de retrouver Marina et de vivre avec elle. Marina dans son propre appartement, espérant la séduire.

Sociétés de production : El Deseo S. Mais d’autres influences peuvent aussi transparaître. La musique d’Ennio Morricone, est un clin d’œil aux films italiens de  l’âge d’or , qui ont fait la célébrité du compositeur. Cette musique est aussi à mettre en relation avec celles de Bernard Herrmann dans les films d’Alfred Hitchcock quand il y a du suspense dans l’action.

Stockholm vu par l’œil de Pedro Almodóvar. Ce syndrome a été observé lors de kidnappings ou de prises d’otages : l’otage développe une empathie, voire une sympathie ou même une affection pour son agresseur. Critique du film et du DVD. Le film sur le site officiel de Pedro Almodovar.