Johnny, Clegg. La Passion zoulou PDF

Johnny Clegg et Mandisa Dlanga à la Fête de l’Humanité, le 14 septembre 2007. Tout commence dans une famille aisée de paysans juifs lituaniens et polonais immigrés en Rhodésie du Sud, les Braudo. Alors qu’il a six ans, sa mère, qui est chanteuse dans les night-clubs, part en tournée dans johnny, Clegg. La Passion zoulou PDF pays et l’envoie dans une pension anglaise réservée aux Blancs à la discipline très stricte dont il garde un très mauvais souvenir.


Un an plus tard, sa mère épouse un journaliste sud-africain, Dan Pienaar, et la famille s’installe pour deux ans dans un appartement au centre de Johannesburg. La famille part vivre ensuite pendant deux ans en Zambie, où le beau-père de Jonathan a trouvé une place dans un journal de Lusaka et s’en va couvrir la guerre au Congo. De retour à Johannesburg, il commence à traîner dans les rues sans enthousiasme. Jonathan, que tout le monde commence à appeler Johnny, s’initie à la guitare à quinze ans, ce qui lui permet de rencontrer un musicien de rue zoulou qui jouait près de chez lui, Mntonganazo Mzila. Sipho Mchunu quitte sa terre zoulou natale pour exercer le métier de jardinier à Durban. S’étant taillé une réputation de bon guitariste, et attiré par l’espoir d’un plus haut salaire, il décide de monter vers la grande ville, où il entend parler pour la première fois d’un garçon blanc au talent de musicien zoulou.

Il se trouve que le quartier de Johnny est également celui où travaillait Sipho. Cela mène à l’inévitable rencontre des deux musiciens. Tout d’abord stimulés par leur envie de comparer leurs talents de guitariste, les deux compères s’associent pour former un duo hors du commun, qui va avoir un succès international. Sipho permet à Johnny de parfaire ses techniques de guitare, de danse, de langue et de combat au bâton zoulou. Ensemble, ils font secrètement la tournée de tous les foyers de travailleurs migrants, enjoignant aux autres musiciens de se mesurer à eux.

En plein apartheid, cette association improbable provoque une forte agitation, aussi bien artistique que politique, partageant ceux qui condamnent cette multi-culturalité et ceux qui l’encouragent. C’est là que commence le concept de Johnny Clegg de réunir des paroles anglaises et des mélodies occidentales à la musique zoulou. En 1985, l’aventure Juluka se termine avec le départ de Sipho, retourné apporter de l’aide à sa communauté. Johnny forme ainsi son second groupe Savuka. Johnny Clegg et Sipho Mchunu ne perdront jamais contact et décideront par la suite de refaire une tournée et un nouvel album ensemble. Le quatrième album Heat, Dust and Dreams fut nommé dans la catégorie Best World Music et gagna le Billboard Music Award pour le meilleur album du monde en 1993. En 1993, en l’honneur de Dudu Zulu, danseur et ami de Johnny Clegg, assassiné en 1992.