La Machine égalitaire PDF

La société occidentale est le milieu humain qui résulte de l’Histoire, des institutions, des organisations, la Machine égalitaire PDF normes, des lois, des mœurs, des coutumes et des valeurs propres à l’Occident. Ses valeurs fondamentales sont la liberté, l’égalité, la justice, le droit au bonheur et le progrès. Dans la vision occidentale, les institutions religieuses sont séparées des institutions politiques, ce principe est appelé laïcité ou sécularisme selon le pays concerné.


La social-démocratie classique et l’Etat providence, non contents d’être devenus complètement incapables d’arbitrer les problèmes qui leur sont soumis, ont de plus en plus d’effets pervers. Le vieux discours sur la justice sociale » ne sert, bien souvent, qu’à produire plus encore d’injustices. Ces nouvelles injustices, ces nouvelles inégalités, moins quantitatives que jadis, tournent, le plus souvent, autour de biens immatériels (le temps, la qualité de la vie, etc.) et induisent de nouveaux clivages sociaux. Des remèdes « révolutionnaires » sont donc nécessaires. Avec, au coeur de la thérapeutique, cette thèse qui fera scandale : c’est en faisant jouer les mécanismes du marché qu’on redonnera corps au vieux rêve égalitaire. Alain Minc reste un homme de gauche. Mais un homme de gauche moderne, rompant avec les archaïsmes de sa famille politique.Par ses thèses autant que par son itinéraire, Alain Minc fait un peu figure de modèle ou de maître à penser pour les « têtes d’oeuf » de sa génération. »

Cette liberté est appelée liberté d’expression. L’organisation familiale occidentale repose sur le modèle de la famille nucléaire, directement héritière de la société romaine dans laquelle le couple monogame était à la base de la structure familiale. L’Occident draine des flux migratoires depuis l’époque romaine, ce phénomène s’est intensifié depuis les années 1960 entrainant une augmentation de la diversité culturelle. Pierre le Grand, le caractère occidental de la culture de ce pays est controversé. La tendance slavophile est de considérer la culture soviétique comme un cas particulier pour des raisons historiques, tandis que la tendance occidentaliste estime qu’il n’y a pas de différence significative entre la culture russe et la culture occidentale. Les valeurs, la science, l’histoire, la géographie et la culture occidentale étaient utilisées par les colons comme base de comparaison pour prendre connaissance des populations des pays colonisés et de leur population.

Ces valeurs, insinuées dans les écoles, les gouvernements et les médias sont devenues une manière dont les colonisés ont pris connaissance d’eux-mêmes. Dans certaines régions colonisées de l’anglosphère, notamment les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud, les descendants des colons, des immigrés et des esclaves se sont retrouvés en supériorité numérique sur les populations autochtones, qui ont alors été marginalisées. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les pays colonisateurs se sont centrés sur leurs activités intérieures de leur pays, plutôt que les activités extérieures dans les territoires colonisés. N’étant alors plus d’une importance capitale pour leur économie, de nombreux territoires colonisés ont été rendus à la population locale. Partir du passé pour aller vers le futur est une dynamique centrale de la société occidentale, et la liberté est considérée comme une chose à laquelle tout un chacun a droit.

Le rationalisme donne la souveraineté à la connaissance acquise par raisonnement, au profit des dogmes et des à priori. Humaniste et hédoniste : L’humanisme est un anthropocentrisme réfléchi qui met en valeur l’humain, et une vision du monde dans laquelle l’humain a la possibilité de se réaliser par les seules forces de la nature. L’hédonisme, quant à lui, est une doctrine qui met en valeur les loisirs et incite le citoyen au plaisirs. L’hédonisme met en valeur l’otium de l’Empire romain, cette période de temps privilégiée qu’avaient les riches Romains, où ils pouvaient pratiquer des activités de détente, de divertissement et de développement personnel.

La sécularisation est un processus de libération, dans lequel l’individu acquiert une certaine autonomie vis-à-vis de la religion, prend en main sa destinée, et obtient le droit de penser, de juger indépendamment du religieux. Dans un régime politique démocratique l’État, porteur du pouvoir politique, est un instrument de médiation au service de la population. La structure de la société occidentale est marquée par la modernisation, qui implique industrialisation, urbanisation, usage accru des écoles et des médias, croissance économique, mobilité, transformations culturelles, développement politique et économique, mobilisation sociale, intégration et transformation des relations internationales. Dans la société occidentale, les projets futurs sont une dynamique centrale de la société. La société est orientée sur le contrôle rationnel et déterministe de l’environnement naturel et social et chaque individu est un moteur de ce processus.

La modernité offre l’espoir du progrès, de la civilisation et de l’émancipation, et est indissociable de la nostalgie, du déracinement, de la fragmentation et de l’incertitude. Certains produits culturels ou technologiques sont couramment qualifiés de moderne : films, avions, bâtiments. La modernisation est un pilier de la société occidentale. La révolution industrielle a non seulement formé mais accéléré la modernisation en étroite collaboration avec l’idéologie occidentale, les systèmes économiques, politiques et financiers.

Ces machines sont utilisées dans les entreprises, les milieux scientifiques, l’administration publique et de nombreuses familles. Le Génie de la Liberté d’Augustin Dumont couronnant la colonne de Juillet, sur la place de la Bastille à Paris. La liberté est une valeur forte dans la culture occidentale, et le mot est utilisé comme slogan dans le discours politique et économique. En occident la liberté est considérée comme quelque chose de naturel, quelque chose que chaque être humain recherche, du simple fait qu’il est un humain. La liberté individuelle est que tout un chacun peut faire ce qu’il désire sans être gêné ou limité par autrui du moment qu’il reste dans les limites dans lesquelles il ne gêne pas autrui de faire de même. La souveraineté d’un peuple ou d’une nation est que le peuple peut faire ce que les membres veulent, sans tenir compte des volontés des autres peuples.