La psychologie de Platon PDF

Temple bouddhique dans les montagnes, copie ancienne d’après Li Cheng. Une thèse courante associe contemplation de la beauté et élévation spirituelle. Le beau ou la beauté est une notion abstraite liée à de nombreux aspects de l’existence humaine. La distinction entre ce qui est beau et ce qui ne l’est pas varie suivant les époques la psychologie de Platon PDF les individus.


Ce que l’on entend même par sentiment du beau diffère selon les penseurs et bien des cultures n’ont pas de mot qui corresponde exactement au beau du français actuel. Chez les Grecs, la beauté est liée à l’idée d’équilibre, d’harmonie mathématique entre le tout et ses parties. Ici, une copie du Diadumène de Polyclète, v. Dans Le Banquet, Pausanias remarque :  Prise en elle-même, une action n’est ni belle ni honteuse. Chez Platon, le beau est associé au vrai et au bien comme une des idées les plus élevées.

L’intuition de la beauté en soi est supérieure à la jouissance provoquée par les beaux objets particuliers. Dans Le Banquet, il montre comment on peut passer du désir des beaux corps à l’amour des belles âmes pour parvenir à la contemplation de la beauté en soi. La beauté n’est pas simplement une qualité de l’objet, mais elle peut qualifier la valeur morale de l’âme d’un individu qui aime ou fait de belles choses. En reprenant les trois étapes de l’initiation à la Beauté : la purification, l’ascension et la contemplation, Platon donne une forme dialectique aux mystères orphiques de l’ascension de l’âme vers le divin. Des personnes différentes n’ont pas le même jugement sur le même objet.

David Hume, prend en compte cette donnée :  La beauté n’est pas une qualité inhérente aux choses elles-mêmes, elle existe seulement dans l’esprit qui la contemple, et chaque esprit perçoit une beauté différente . Souligner le rôle de l’individu dans le jugement de goût ne revient pas à définir la beauté. Hume donc doit également donner une définition de la beauté. Pour lui l’idée de beauté est une projection du plaisir que produit un objet. Il écrit en effet :  le plaisir et la douleur ne sont pas seulement les compagnons nécessaires de la beauté et de la laideur, ils en sont l’essence même . Pour Kant, la beauté est une  satisfaction désintéressée , aucun intérêt pour l’existence de l’œuvre ne doit entrer en compte dans le jugement de goût. Hegel affirme une différence conceptuelle entre le beau de nature et le beau artistique.

Pour lui, le beau artistique est  très au-dessus de la nature , parce qu’il est œuvre de l’esprit. Il a pour but  la présentation de la vérité  sous sa forme sensible et permet à l’homme d’accéder à la conscience de soi. Le philosophe Karl Jaspers, qui après la Seconde Guerre mondiale tenta, en tant que psychiatre, de trouver un sens à cette atrocité que fut la guerre, fut également amené à réfléchir sur le concept du beau. Quant à la beauté d’un être complexe, par exemple un être humain, elle se nomme sa personnalité. Un individu contrairement à un décor inerte est un générateur autonome de sens, il génère sa propre ambiance, et on la nomme en effet la personnalité.