Lam Catalogue raisonné Prints Estampes Grafica PDF

8 décembre 1902 et mort à Paris le 11 septembre 1982. Lam poursuit le même combat que le poète martiniquais Aimé Césaire,  peindre le drame de son pays, la cause et l’esprit des Noirs. Wifredo Oscar de la Concepción Lam y Castilla naquit l’année de la proclamation de la république, après plus de trois siècles de domination espagnole. Le  l  de son prénom ayant disparu lam Catalogue raisonné Prints Estampes Grafica PDF années plus tard à la suite d’une erreur administrative, il adopte complètement ce nouveau prénom de Wifredo.


L’ OE U V R E G R AV É
En 1994, le musée du dessin et de l’estampe de Gravelines (France) publiait le
premier catalogue raisonné des estampes et des lithographies de l’artiste
Wifredo Lam. Depuis cette date, de nombreuses informations données par les
collectionneurs, les marchands et les musées rendaient nécessaire la réalisation
d’une version revue et corrigée de cet ouvrage. Mais une découverte
majeure, une centaine de plaques gravées et une épreuve du bon à tirer, justifiée,
signée, de chacune d ‘entre elles, remisées chez son imprimeur Giorgio
Upiglio et exhumées lors du déménagement de son atelier de la Via Fara,
ouvrait une perspective éditoriale ambitieuse. En 1997, « L’édition de l’An
2000′, comprenant une grande parties de ces plaques retrouvées, commençait.
L’établissement d’un nouvel ouvrage devenait indispensable afin d’inclure
ces feuilles dans le cadre de son oeuvre gravé et lui donner une dimension
magistrale. Ce projet a donc entrainé l’établissement d’un second catalogue
raisonné dans lequel est proposée une numérotation chronologique en continu
avec une table technique détaillée et, contrairement à l’ouvrage précédent, une
reproduction de chaque oeuvre en couleurs.
Les notices sont publiées en anglais ; les textes sont traduits en français,
espagnol et chinois.

Sa mère, Ana Serafina Castilla, née en 1862, est une mulâtresse descendant d’Espagnols et de Noirs du Congo déportés. Son père, Enrique Lam Yam, né vers 1818, est un chinois originaire de la région de Canton qui a émigré vers les Amériques. Son épouse lui survit jusqu’en 1944. Sagua La Grande est une petite ville sur la côte nord, centre sucrier de la Province de Las Villas. Antonica Wilson, dite Mantonica, une prêtresse très renommée de ce rite. Il apprend auprès d’elle les rudiments du culte et de ses mystères, sans jamais être initié.

Elle lui ouvre un monde peuplé d’esprits et d’invisibles. Lam fréquente une école publique dans un quartier populaire de sa ville natale et c’est dès l’âge de sept ans que naît sa vocation d’artiste et qu’il se passionne pour le dessin. En 1916, Wifredo et une partie de la famille s’installent à La Havane tandis que son père, déjà très âgé, reste à la campagne. Wifredo s’exerce au dessin et à la peinture dans les jardins botaniques de la ville. Il abandonne des études de droit pour suivre une formation artistique et devenir portraitiste. Il est l’élève des peintres Leopoldo Romañach et Armando Menocal. De 1924 à 1926, à Madrid, il rejoint l’Académie royale des beaux-arts de San Fernando.

Lam vit en Espagne de 1923 à 1938. C’est pour le peintre une longue période d’apprentissage et de recherches. L’Espagne est aussi pour Lam une terre d’expériences tragiques. Il s’engage auprès des Républicains dès le 18 juillet 1936, participe à la défense de Madrid, puis travaille dans une usine d’armement. Lam quitte l’Espagne en mai 1938 pour Paris où il s’installe jusqu’en juin 1940. Ce séjour est d’une importance capitale.

Il est accueilli par Picasso qui sera pour lui un  incitateur à la liberté . Il peint beaucoup et Picasso lui témoigne son approbation et son soutien :  Je ne me suis jamais trompé sur toi. C’est pour cela que j’ai dit la première fois que nous nous sommes vus que tu me rappelais quelqu’un : moi . Cette affirmation artistique est aussi couronnée par deux expositions qui se déroulent à Paris et à New York en 1939.