Le cinéma de Gainsbourg… affirmatif ! PDF

Il accède à la notoriété en tant qu’auteur-compositeur-interprète, abordant de nombreux styles musicaux. Il s’essaiera également au cinéma et à la littérature, le cinéma de Gainsbourg… affirmatif ! PDF réalisera plusieurs films et vidéo-clips et composera plus de quarante musiques de films.


Gainsbourg disait avec autodérision, probablement persuadé du contraire, être un faux metteur en scène, un faux comédien, le film n’étant qu’un véhicule pour mettre en exergue ses textes et musiques. Or, l’humilité et la persévérance dont il a fait preuve pour se former à la mise en scène démentent cette coquetterie. Du médiatique Je t’aime moi non plus à Equateur, du très controversé Charlotte For Ever à Stan the Flasher, sans oublier les nombreux films publicitaires et les clips réalisés, entre autres, pour Indochine et Marianne Faithfull, ce livre veut restituer à Serge ce qui appartient à Gainsbourg et rendre à un aspect important, mais totalement inexploré de son œuvre, la dimension qui lui revient. Ce document nous mène à la découverte du génie novateur deGainsbourg devant et derrière la caméra…

Au milieu des années 1950, il utilise les pseudonymes Julien Gris puis Julien Grix avant de choisir Serge Gainsbourg comme nom d’artiste. Dans les années 1980, il s’invente aussi un alter ego appelé Gainsbarre. Ses débuts sur scène sont difficiles en raison de son physique. Toute sa vie, Serge Gainsbourg souffre d’un sentiment de rejet et de l’image que lui renvoie le miroir : celle d’un homme que l’on qualifie de laid.