Moi, Charlotte Simmons PDF

Tom Wolfe à la Maison-Blanche en 2004. Originaire de Virginie, Tom Wolfe est le fils d’un père rédacteur en chef d’une revue agricole professionnelle et politiquement conservateur. Il poursuit à New York une carrière de journaliste et d’essayiste. Moi, Charlotte Simmons PDF Mailer, Truman Capote, Gay Talese, Joan Didion, Hunter S.


Lorsque Charlotte, sage et prude jeune fille d’origine modeste, débarque de sa Caroline du Nord à Dupont University, l’Olympe de la connaissance, qui abrite la crème de la jeunesse américaine, elle est certes brillante et déjà très jolie mais aussi… un peu gourde. Confrontée aux moeurs étranges de cette élite, elle découvre avec désarroi que ce temple du savoir semble surtout celui du sexe, de la débauche, de l’alcool et des ambitions mesquines. Candide et pleine d’illusions, la petite provinciale n’en maîtrise guère les règles. Le tourbillon de sa première année va se charger de la déniaiser. Charlotte Simmons apprend vite : elle n’est pas tout à fait la blanche colombe qu’elle croyait être…

Avec cette satire cinglante qui est aussi un magnifique roman d’apprentissage, Tom Wolfe nous offre ses Illusions perdues et le grand roman de la vie étudiante made in America.

« Foisonnant, intelligent, passionnant et jubilatoire. » Time

Il commence l’écriture par des récits à mi-chemin entre le journalisme et la littérature comme L’Étoffe des héros, Acid test et Le Gauchisme de Park Avenue qui le font connaître du grand public dans les années 1970. 1940 aux années 1960 et celle des avions fusées pilotés par les pilotes d’essai. Ce récit dépeint toute une époque marquée par la guerre froide et par la description de la vie quotidienne des pilotes et des premiers astronautes américains, héros d’un pays au sommet de sa puissance. Tom Wolfe est lauréat de plusieurs prix de journalisme. Un accoutrement décalé qui en fait un habitué des plateaux télévisés où sa prestation est toujours remarquée.

Au fil du temps, ses critiques ont fini par révéler un certain conservatisme, ce que Wolfe ne nie pas. Une expression plus ouverte se loge cependant dans son œuvre romanesque qui débute à la fin des années 1980. Les yuppies de Wall Street avec leurs tics et leurs angoisses sont la cible de ce roman dramatique et satirique. Tout démarre avec l’erreur commise par un yuppie qui se trompe de sortie d’autoroute avec sa maîtresse et qui échoue dans un quartier défavorisé. C’est une grande fresque qui fait une description féroce de la upper society blanche et ses vanités insupportables.