Notice sur les eaux minérales d’Avène, Hérault PDF

Vue depuis la Montagne de la Gardiole. Ses habitants sont appelés les Notice sur les eaux minérales d’Avène, Hérault PDF et Balarucoises.


Notice sur les eaux minérales d’Avène, Hérault, par le Dr J. Cathala,…
Date de l’édition originale : 1874
Appartient à l’ensemble documentaire : LangRous1

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Balaruc-les-Bains est construit sur les rives de l’Étang de Thau. Elle fait partie des trois stations thermales de l’Hérault avec Avène et Lamalou-les-Bains. C’est aussi la première station thermale de France qui accueille environ 52 000 curistes par année. On retrouve ce nom sur un document photographique d’une inscription sur un bloc de pierre. Dans son Dictionnaire des noms de lieux de l’Hérault, F. Hamlin est plus prudent mais, lui aussi, propose une origine prélatine.

Les eaux de Balaruc étaient connues dans l’Antiquité. Balaruc-le-Vieux était le lieu de l’agriculture et Balaruc-les-Bains était déjà consacré au thermalisme. Ce nom apparaît dans le cartulaire de Maguelone en 1130. Article connexe : Élections municipales de 2014 dans l’Hérault.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. De 1836 à 1886, les recensements de population comptabilisent la population des 2 sections qui constituent la commune de Balaruc-les-Bains : Balaruc-le-Vieux et Balaruc-les-Bains. Le recensement de 1856 distingue explicitement la section de Balaruc-les-Bains de celle de Balaruc-le-Vieux avec 376 habitants pour la première contre 285 pour la seconde. Au dernier recensement, la commune comptait 6805 habitants. L’activité économique repose en grande partie sur le thermalisme et les activités touristiques des curistes. Les thermes sont gérées par la municipalité. Il y a un seul établissement qui a ouvert ses portes en 2015 remplaçant les thermes Athéna et Héspérides .

C’est la première station thermale en France par sa fréquentation. Implanté au pied du Pech d’Ay, cet édifice a été inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques en octobre 1989. Il s’étire sur 5 km, depuis les sources d’Issanka et traverse la commune de Balaruc-le-Vieux. Une inscription découverte en 1665 porte :  ITEM.