Oeuvres complètes de Cicéron. T. 12 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Les Philippiques sont une série de 14 discours prononcés par Cicéron en 44 et 43 av. Marc Antoine, qui se oeuvres complètes de Cicéron. T. 12 PDF en successeur de Jules César.


Oeuvres complètes de Cicéron : texte latin avec la traduction française de la collection Panckoucke. T. 12
Date de l’édition originale : 1866-1874
Collection : Bibliothèque latine-française ; 47-66

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Les deux premiers discours marquent la rupture entre Marc Antoine et Cicéron. Le premier début septembre 44 av. Marc Antoine, qui réagit vivement mais verbalement. La IIe Philippique, jamais prononcée en public, est un long pamphlet haineux contre Antoine. Par cette série de discours, Cicéron espère provoquer l’élimination d’Antoine, mais les sénateurs mettent trop de temps à partager son intransigeance obstinée. Après être parvenu à faire déclarer Antoine comme ennemi public, Cicéron ne peut faire face au second triumvirat.

Le texte latin dont nous disposons à l’époque moderne a été établi à partir d’un certain nombre de recueils de discours de Cicéron, qui tous sont des manuscrits dérivés d’un même exemplaire perdu, vues les omissions, les corruptions et les additions de texte qu’ils ont en commun. Bernensis 104, le Bambergensis MIV 15, le Wolffenbutianus 278. Les conjurés qui ont assassiné Jules César le 15 mars 44 av. Il réunit le Sénat, et fait voter des mesures d’apaisement le 17 mars, selon un compromis soutenu par Cicéron et satisfaisant les uns et les autres : amnistie pour les meurtriers de César, ratification des décisions de César et garantie des mesures en faveur de ses vétérans. Une série de discours vont suivre, jusqu’au 20 avril 43 av.

La correspondance avec son ami Atticus permet de suivre l’élaboration des Philippiques, et le plus souvent d’en préciser la date. Atticus assure aussi la relecture et la diffusion des textes remis en forme écrite par Cicéron après leur énoncé. Devant les sénateurs, sous la présidence de Dolabella et en l’absence d’Antoine, Cicéron emploie habilement un ton modéré et amical. Il fait l’historique des événements depuis la mort de César et justifie sa prise de distance et son retour à Rome. Sa deuxième Philippique, la plus longue de toutes avec 119 paragraphes, est un pamphlet rédigé comme un discours au Sénat, soi-disant prononcé le 19 septembre.

Atticus répond le 31 en formulant quelques remarques que Cicéron intègre. Une nouvelle version est soumise à un ami, Sex. La seconde partie est un réquisitoire violent et même haineux contre Antoine, une attaque sur tous les plans, vie privée et publique, ancienne et récente. Il l’accuse de débauche, de relations homosexuelles avec Curion, d’ivrognerie, de banqueroute financière, d’épousailles douteuses, de bêtise intellectuelle. Durant les mois d’octobre et de novembre 44, le jeune Octave, âgé de 19 ans, neveu et héritier de César, s’active auprès des vétérans des armées de César, et commence en toute illégalité à reconstituer des légions qui lui soient dévouées. De son côté, Antoine regroupe aussi des légions en Italie, et attribue les gouvernements de provinces par des tirages au sort douteux.