Origine de Tous Les Cultes: Ou, Religion Universelle, Volume 10 PDF

La critique de la religion, qui peut émaner tant de la religion elle-même que de milieux sécularisés, remonte à l’Antiquité. Signalons aussi les conflits iconoclastes qui ont rythmé les différents courants religieux monothéistes. Moyen Âge certains critiques sont sortis du cadre théologique. Article détaillé : Relation entre science origine de Tous Les Cultes: Ou, Religion Universelle, Volume 10 PDF religion.


Le développement de la science s’est souvent heurté à des dogmatismes religieux. La science est la discipline du doute, de la vérification et de la remise en question. Elle exige que chaque être humain puisse faire, refaire, les expériences et raisonnements passés. Avec le développement de la philosophie et de la science, les penseurs grecs ont opposé la raison à la croyance, la connaissance à l’ignorance, le monde des idées au monde des dieux. La mort de Socrate est un événement marquant dans l’histoire de l’humanité. La religion était perçue comme un outil politique pour réguler la vie de la cité. Qu’ils ne pouvaient en rien expliquer par leurs causes.

De tout interpréter comme un signe divin. Aux dieux de tels pouvoirs, d’effrayantes colères ! Dans ses mémoires historiques de l’histoire de Chine, Sima Qian analyse les rites religieux de son époque. La Bible contient de nombreux passages critiquant les cultes idolâtres. Les critiques se concentrent donc essentiellement dans le domaine théologique. Leibniz défend l’idée de la justice de Dieu ou théodicée : les malheurs du monde sont nécessaires à son harmonie globale. Galilée s’est heurté à de vives critiques émanant des partisans du géocentrisme ainsi qu’à celles de l’Église catholique romaine.

Le Ciel était considéré comme le domaine de Dieu et par là immuable. En France, un conflit théologique oppose les Jansénistes aux Jésuites. Directement inspiré par Les Provinciales, Molière avec Tartuffe signe un chef-d’œuvre dénonçant l’hypocrisie du dévot. En matière de critique de la religion, Voltaire est la figure des Lumières la plus connue. Les penseurs anglais sont aussi critiques. De même Isaac Newton rejette le dogme de la Trinité chrétienne. En Allemagne, l’Aufklärung kantien, en affirmant que l’homme peut par lui-même et sans se référer à l’autre agir moralement, porte en lui une critique de la religion qui est souvent l’expression du regard d’un autre.

La Révolution française s’inscrit dans cette vision, supprimant la monarchie de droit divin, la dîme et écartant l’Église de la gestion de l’État. Avec le renouveau de la philosophie et des sciences, de nombreux auteurs en Europe critiquent ouvertement la religion et plus particulièrement les religions chrétiennes. En France, Auguste Comte conteste les principes métaphysiques qui guident la pensée religieuse et qui semblent entrer en contradiction avec les principes de la pensée scientifique, qui lui devrait être seule à guider les hommes vers la vérité, voir Positivisme. Pour Karl Marx, la critique de la religion est le fondement de toute critique. Toutes les critiques de la religion ne sont pas aussi catégoriques. Freud partage l’idée de nombreux penseurs et philosophes que la religion est une illusion. Cependant l’explication qu’il propose du rôle et de la fonction de la religion et autres croyances est différente de la métaphore vindicative et négative de Marx.