Philosophie et théologie chez Jean Scot Erigène PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Ce mode de pensée trouve son philosophie et théologie chez Jean Scot Erigène PDF dans la philosophie antique.


Elle se retrouve dans les traditions juive, grecque, chrétienne. Dieu n’est pas connaissable par l’intelligence, ni saisissable par la sensibilité. Dieu n’ont pas moins influencé les écoles talmudiques. La transcendance divine, conçue en termes de théologie négative, marque l’histoire de la philosophie juive. Porphyre de Tyr, Jamblique, Proclos, etc. Transcendant, notre discours se réduit à proportion de notre montée.

Mais définir, c’est déterminer un être, c’est-à-dire le poser d’emblée dans une multiplicité qui l’englobe, en faire un être parmi les autres êtres, avec lesquels il fait nombre . On retrouve ces mêmes influences dans le soufisme. L’Extrême-Orient a développé avec d’autres modes d’expression, et cela avant l’Occident, des conceptions apophatiques qui s’expriment dans le bouddhisme, le taoïsme, l’hindouisme et dans d’autres traditions. Le concept d’abstraction est présent dans l’Antiquité, à la fois dans la tradition péripatéticienne et dans celle de l’Académie. Il s’agit d’une opération intellectuelle intuitive qui prétend séparer dans les formes l’essentiel du non-essentiel. L’apophatisme est une démarche intellectuelle par laquelle toute idée que l’on se fait de la divinité se voit démasquée dans son inadéquation à délimiter ce qui est sans limite. Pas plus que :  Dieu est miséricordieux.

L’expression de la transcendance s’exprime uniquement par des propositions négatives et par un recours à l’abstraction, et ultimement par le silence, car même une proposition d’apparence négative est une affirmation concernant l’indicible sur lequel rien ne peut être affirmé. Dieu n’est ni miséricordieux, ni ne l’est pas. La démarche apophatique vise l’expérience directe de l’absolu par l’abolition de toute adhésion intellectuelle aux concepts. Autrement dit, cette démarche vise sa propre négation, sa propre fin dans l’éveil spirituel. Une telle démarche ressortit foncièrement à l’idéalisme dans la mesure où la connaissance remonte, par soustraction et négation, de la réalité tangible à la réalité invisible, de l’immanent au transcendant. Elle présente à la fois un côté négatif, l’opération de retranchement, et un côté positif, la perception intuitive des réalités supérieures.