Réaumur: Le Savant qui osa croiser une poule avec un lapin PDF

Bermondière, à Saint-Julien-du-Terroux, est un physicien et naturaliste français. Réaumur est un observateur remarquable des matériaux du vivant : il est fasciné par réaumur: Le Savant qui osa croiser une poule avec un lapin PDF nacre et les fils d’araignées. En particulier, il approuve la nature animale — et non végétale — des coraux et madrépores. Suivant pas à pas les progrès de la métallurgie, il fonde les bases de la sidérurgie scientifique dès les premières années de la décennie 1720 et la métallographie en 1724.


Que connaît-on de Réaumur? Son nom est attaché à une commune de Vendée où il possédait un château à quelques lieues de La Rochelle, sa ville natale. Ce grand savant du XVIIIe siècle participa à la publication d’une œuvre considérable, la Description des Arts et Métiers voulue par Colbert, à laquelle l’Encyclopédie de Diderot « emprunta » de nombreuses planches. Réaumur ne fut pas seulement celui qui mit au point un thermomètre fiable qui porte son nom mais étudia, décrivit, expérimenta un grand nombre de techniques, toujours d’actualité.
À la fois biologiste, généticien, botaniste, géologue, mécanicien et physicien, il fut un touche-à-tout des sciences de son époque avec le souci permanent d’être utile à ses contemporains. Grâce à la précision de son thermomètre, Réaumur put améliorer le niveau de vie des populations rurales en inventant, par exemple, des fours à poulets, premières couveuses semi-industrielles. Fondateur de l’entomologie, il consacra une grande partie de sa vie aux insectes.
Il n’existait pas d’ouvrage important récent sur Réaumur. Ce livre de référence vient combler cette lacune.
Cet ouvrage, biographie et essai très documenté sur l’œuvre du savant, abondamment illustré de gravures d’époque, contribue à mieux faire connaître d’une manière vivante, un homme éclairé dans un siècle passionnant, celui des Lumières!

La difficulté des mesures physiques est un aiguillon pour ses recherches physiques. Il est aussi l’un des précurseurs de l’éthologie, soit l’étude des comportements animaliers. La famille Ferchault possède des terres en Vendée, dans le canton de Pouzauges. 1er octobre de la même année. René-Antoine fréquente le collège jésuite de Poitiers. En 1699, lui et Jean-Antoine s’installent à Bourges pour poursuivre leurs études auprès de leur oncle, le chanoine Gabriel Bouchel.

René-Antoine étudie en particulier le droit et les mathématiques. En 1703, il arrive à Paris où il continue ses études de mathématiques et s’adonne avec ardeur à la physique. Ce sont les seuls travaux de Réaumur en mathématique géométrique. En novembre 1709, il présente un mémoire intitulé De la formation et de l’accroissement des coquilles des animaux tant terrestres qu’aquatiques, soit de mer, soit de rivières.

Reconstruction imaginaire d’une lecture d’une tragédie de Voltaire. Il participe dès lors activement à toutes les activités de l’Académie. Ses communications se succèdent : en 1712, il s’intéresse aux coquillages, à la reproduction des écrevisses et aux algues. En 1713, il se consacre à la botanique. Il présente à l’Académie, entre 1720 et 1722, dix mémoires consacrés à ce sujet.