Relations internationales: DEUG droit, instituts d’études politiques PDF

Mans, dans les Pays de la Loire. Elle fait partie de l’université Relations internationales: DEUG droit, instituts d’études politiques PDF Loire.


630 enseignants-chercheurs, ainsi que trois facultés, deux IUT et une école d’ingénieurs, l’ENSIM. Les disciplines enseignées concernent les sciences, les technologies, les lettres, les langues, les sciences humaines, le droit, l’économie et la gestion. Mans au début du vingtième siècle. En 1965, la décision est prise d’ouvrir un collège littéraire en bordure de la ville du Mans. En 1975, on ouvre deux nouvelles UFR : Droit et Lettres. La ville essaie de pallier  la fuite de matière grise , qui s’opère de la ville sur la région.

L’université du Maine a été reconnue par le ministre chargé de l’Enseignement supérieur en 1977. Une dernière UFR de sciences est créée, ce qui porte le nombre d’étudiants à 3 000. Les dirigeants sont conscients que le campus doit se développer, face aux grandes universités voisines. On commence à voir ce que plusieurs générations d’étudiants appelleront les  turbo-profs  qui viennent directement de la capitale chaque jour pour enseigner à l’université. Ligne de tram sur le campus. En 1987, la capacité d’accueil est débordée par 6 000 étudiants et les amphithéâtres ne suffisent plus pour accueillir tout ce monde. L’État ne fait rien alors qu’il semble évident que le CHU n’ouvrira jamais.

Une école d’infirmière a été ouverte, mais depuis 1966 et l’ouverture du CHU d’Angers, l’utilité n’est plus évidente. Avec déjà deux CHU dans la région, la construction d’un troisième n’est même plus envisagée. En 1990, les moyens sont donnés à l’université pour construire trois nouveaux bâtiments. Plutôt que l’étalement, les dirigeants choisissent surtout l’agrandissement de locaux déjà construits. Cette campagne de restructuration coûtera au total 9 millions de francs de l’époque. Le CUEP ouvre ses nouveaux locaux alors que la ville prévoit un investissement de 63 millions de francs d’ici à 2000.

En 1992, l’institut européen des métiers de la musique décide de s’installer au centre du technopôle, à proximité directe de l’université. La même année, le CTTM : Centre de transfert de technologie du Mans ouvre ses portes. Le lien entre technopôle et université est ainsi réalisé. En 1993, l’ISMANS, Institut supérieur des matériaux du Mans s’installe sur le campus. En 1994, l’université professionnelle ouvre ses portes. Des partenariats avec les entreprises voisinent sont déjà créés.