Restos africains de France PDF

Pour remplacer les hommes partis au front, la France et le Royaume-Uni ont fait appel à des travailleurs chinois sous contrat. Les travaux restos africains de France PDF l’historienne Ma Li apportent un nouvel éclairage sur cette histoire méconnue. Le 14 mai 1916, les autorités françaises et chinoises concluent un accord pour l’envoi de main-d’œuvre.


Voici une petite liste des restaurants africains en France.Il est intéressant de constater la disparité selon les département. En tous cas , je vous invite à déguster ne serait-ce qu’une fois pour connaitre les saveurs de continents aux mille secrets…

Ce sont ainsi 36 975 Chinois qui furent envoyés en France dans les usines d’armement, les ports, les mines, les exploitations agricoles et les forêts. Quatre-vingts pour cent des travailleurs furent recrutés dans la région du Shandong, dans l’est de la Chine. Les Britanniques avaient déjà recouru à leur service pour l’exploitation des mines d’or d’Afrique du Sud en 1903-1904. Weihai, le port de cette province, était d’ailleurs administré par les Anglais. Pour nombre de ces hommes, qui n’avaient jamais quitté leur village, le voyage de trois mois en bateau fut fatal. Le trajet en mer Méditerranée était parfois semé d’embûches.

Les paquebots n’arrivaient pas tous à Marseille, tel l’Athos qui fut torpillé par un sous-marin allemand le 17 février 1917, faisant 700 morts dont 543 Chinois. Ce désastre qui faisait suite à une dizaine d’attaques en mer contraignit les Français et les Britanniques à changer de route. Les travailleurs chinois traversèrent ensuite le Pacifique en bateau, le Canada en train, puis l’Atlantique. L’accord signé avec la France prévoyait un recrutement pour une durée de cinq ans. Le ministère des travaux publics mit des logements à disposition des différentes sociétés privées. Côté britannique, les travailleurs étaient embauchés pour trois ans.

Selon les autorités françaises, 1500 travailleurs chinois seraient décédés pendant la première guerre mondiale. Les Britanniques font état de quelque 2000 morts. Ce dernier chiffre prête à contestation. Au moins  27 000 travailleurs chinois ont disparu sur les 100 000 recrutés par le Royaume-Uni, explique Ma Li.

Le travail de recherche doit être approfondi. Deuxième partie le jeudi 26 décembre : Que sont devenus ces travailleurs chinois après la première guerre mondiale ? Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Il faut remercier la chine du soutien à la démocratie et en fêter le centenaire.