Une amitié qui a changé l’histoire : Jean-Paul II et son ami juif PDF

1939 est une année commune commençant un dimanche. 1er avril : une amitié qui a changé l’histoire : Jean-Paul II et son ami juif PDF de la guerre civile en Espagne.


Chacun sait le tournant historique pris par l’Église sous le pontificat de Jean-Paul II. Ce pape fut celui des pèlerinages à Auschwitz et Jérusalem, de la reconnaissance par le Vatican de l’État d’Israël, de la visite à la synagogue de Rome, de la lutte contre l’héritage antisémite de l’Église. Mais ce que l’on ne sait pas c’est le rôle de confident et d’intermédiaire joué, dans cette évolution, par une ami aussi fidèle qu’étonnant : Jerzy Kluger.

Début de la Seconde Guerre mondiale. 30 novembre : début de la guerre russo-finlandaise. 4 septembre : le Parlement rejette la motion de James B. Hertzog qui proclame la neutralité de l’Afrique du Sud dans le conflit. 23 septembre-3 octobre : 9e conférence pan-américaine de Panama.

4 novembre : loi de neutralité aux États-Unis. Tianjin, ce qui amène les États-Unis à dénoncer leur traité de commerce avec le Japon en juillet. 20 mars : offensive japonaise contre Nanchang. Les Japonais prennent la ville aux nationalistes chinois le 27 mars.

11 mai : les Japonais attaquent la République populaire mongole. 3 septembre : l’Inde britannique est impliquée dans le conflit mondial aux côtés du Royaume-Uni. Le vice-roi Lord Linlithgow déclare la guerre à l’Allemagne sans avoir consulté l’Assemblée législative. 23 – 25 décembre : le GAPI convoque à Jakarta un Congrès du Peuple indonésien qui adopte le Bahasa Indonesia comme langue nationale, le drapeau rouge et blanc et le chant Indonesia Raya comme hymne national. Il refuse de tenir compte des avis du Parlement sur les amendements acceptés par Jamil Mardam Bey. 7 février-17 mars : conférence de Londres, au palais Saint James.

7 février : ouverture de la conférence de Saint James au Royaume-Uni sur le statut de la Palestine mandataire. Irak, le Premier ministre Nuri as-Said affirme avoir découvert un complot visant à assassiner le roi Ghazi et un certain nombre de personnalités politiques. 10 mars : soulèvement populaire au Koweït pour la réunification avec l’Irak. Le cheikh du Koweït, aidé par les autorités britanniques, réprime le mouvement et procède à de nombreuses arrestations et emprisonnement. Les nationalistes, divisés, quittent le gouvernement et le Bloc national s’effondre. Puaux suggère le retour aux divisions territoriales de la Syrie sous un régime monarchique. 4 avril : le roi d’Irak Ghazi Ier meurt dans un accident de voiture.

L’opinion pense à un assassinat déguisé et soupçonne le Royaume-Uni. Le frère de Faysal, Zayd, est écarté. Sous la pression populaire, Nuri as-Said engage l’Irak en faveur de la cause arabe Palestinienne, tout en menant des négociations infructueuses avec les sionistes. 18 mai : manifestations de protestation des Juifs de Palestine contre le livre blanc. 17 mai, Palestine mandataire : les Britanniques décident de publier un nouveau livre blanc qui explique que le Royaume-Uni n’a pas l’intention de faire de la Palestine un État pour les Juifs contre la volonté de la population arabe. Les États arabes poussent les Palestiniens à accepter le Livre Blanc, mais les partisans du mufti le rejettent car le projet britannique retarde la date de l’indépendance de la Palestine d’au moins dix ans.

Protestations de femmes à Damas contre l’annexion du sandjak d’Alexandrette. Les Arméniens du sandjak sont déplacés vers le Liban. La Syrie ne reconnaît pas cette annexion. L’administration directe des Mandats de Syrie et du Liban est rétablie.

La France a constitué une importante armée au Levant. 27 décembre : le tremblement de terre d’Erzincan de magnitude MS estimé à 8. La nouvelle chancellerie le 10 janvier. 4-5 février : démission de Milan Stojadinović en Yougoslavie. 14 février : lancement à Hambourg, en présence d’Hitler, du Bismarck, le plus grand cuirassé allemand.

En février, Béla Imrédy est contraint de démissionner car la presse découvre un juif parmi ses ancêtres. Le gouvernement de Pál Teleki prend quelques mesures contre l’extrême-droite sans parvenir à endiguer la vague nazie. L’état corporatiste restera cependant au stade expérimental. 15 mars : Adolf Hitler lors de sa visite au château de Prague, après l’établissement du protectorat de Bohême-Moravie. 14 mars : convoqué à Berlin dans la nuit du 14 au 15 mars, Emil Hácha est contraint sous la menace de  remettre avec une pleine confiance le pays tchèque entre les mains du Führer . 7 avril : invasion italienne de l’Albanie. 18 avril : l’Union soviétique propose à la France et à la Grande-Bretagne un pacte militaire et politique d’assistance mutuelle.